No results

Trotignon, Baptiste

Baptiste Trotignon est né en 1974 en région parisienne. Il passe son enfance proche de Saumur, dans les Pays de la Loire. Il commence le piano à l’âge de 8 ans, et quelques années plus tard, il rejoint le Conservatoire de Nantes où il obtient à 17 ans des Prix de piano et d’écriture. Adolescent, il découvre le jazz et l’improvisation qu’il apprend en autodidacte, et c’est à Nantes qu’il fait ses premiers concerts à l’âge de 16 ans.  

En 1994, il est à la fois pianiste et comédien dans le film d’Alain Corneau, Le Nouveau Monde, et un an plus tard, décide de s’installer à Paris.     

En 1998, il monte son trio avec Clovis Nicolas (contrebasse) et Tony Rabeson (batterie) et développe ainsi ses activités de leader : son premier album Fluide sorti en juin 2000 le révèle, à 26 ans, comme l’un des plus spectaculaires, complets et séduisants pianistes de la nouvelle génération. Ce disque se voit décerner en mars 2001 un Django d’Or “Espoir pour un premier disque”.

En octobre 2002, il obtient le Grand Prix de la Ville de Paris du Concours International Martial Solal, et quelques mois plus tard, les Victoires du Jazz 2003 lui décernent la Révélation française de l’année.

En multipliant les rencontres dans des directions diverses (concerts en duo avec des improvisateurs de haut vol comme Tom Harrell, Brad Mehldau ou encore avec le pianiste classique Nicholas Angelich ; expériences classiques en jouant la Rhapsody in blue et le Concerto en Fa de Gershwin joué avec l’Orchestre Lamoureux ; musique de film pour le Sartre de Claude Goretta…), il développe une musique résolument ouverte.

Fin 2008, son label Naïve ré-édite pour ses 10 ans son premier album solo regroupé avec un récital en piano solo enregistré à la Salle Pleyel en mai 2007. A cette occasion il participe à la soirée Naïve au Théâtre des Bouffes du Nord où il joue notamment avec Anne Gastinel.

En 2011, outre des rencontres scéniques inédites (duos avec Alexandre Tharaud par exemple), il entame l’écriture de Different Spaces, son premier concerto pour piano destiné à Nicholas Angelich et l’Orchestre national Bordeaux Aquitaine. Créée en 2012, cette première pièce orchestrale d’envergure, totalement écrite et sans improvisation, est accueillie avec beaucoup d’enthousiasme par le milieu de la musique classique et l’amène désormais à développer ce type de projets.

En 2018, en même temps qu'il devient "Artiste Steinway" et reçoit le prestigieux Echo Jazz Award en Allemagne dans la catégorie "Instrumentiste international-piano", l'Orchestre Philharmonique de Radio-France crée sa première pièce symphonique Hiatus et turbulences, juste après qu'il ait écrit pour chœur pour l'ensemble Vocello avec Henri Demarquette, ou encore un Prelude piano solo pour Philippe Cassard...

A la fin de l'année est également créée sa deuxième pièce concertante pour piano et orchestre L'air de rien, Commande de l'Orchestre National d'Île-de-France. Avant d'entamer l'écriture d'une nouvelle Commande orchestrale, Move, Concerto pour trompette et orchestre créé début 2020 par Romain Leleu et le Kuopio Symphony Orchestra (Finlande), avant que l’œuvre ne tourne en France auprès d'un panel prestigieux d'orchestres de chambre co-commanditaires.

Sa musique est publiée par Durand / Universal Classical Music. 

 Photo : © Richard Dumas

Move (2019)
concerto pour trompette & orchestre
Consulter la partition

Voir la vidéo
Éditions Durand - En location 

Au bout du petit matin (2018)
chœur & violoncelle
Voir la vidéo
Éditions Durand - En vente

L'Air de rien (2018)
concertino pour piano & orchestre
Consulter la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - En location

Hiatus et turbulences (2017)
pour orchestre
Consulter la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - En location

In petroleum veritas (2017)
2 pianos
Éditions Durand - En vente

Concerto pour piano "Different spaces" (2012)
pour piano & orchestre
Consulter la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - En location