No results
window.artists_page.rosterLetters = ['A','B','C','D','E','F','G','H','I','J','K','L','M','N','O','P','Q','R','S','T','U','V','W','X','Y','Z','Autre']; window.artists_page.rosterInit(['A','B','C','D','E','F','G','H','I','J','K','L','M','N','O','P','Q','R','S','T','U','V','W','X','Y','Z','Autre']); window.artists_page.noresults="Aucun résultat"; window.artists_page.otherkey = "Autre";

Manoury, Philippe

Photo : Tomoko Hidaki

Philippe Manoury jouit non seulement d’une reconnaissance incontestée en tant que compositeur mais est aussi considéré comme l’un des pionniers dans la recherche et le développement de la musique électronique en temps réel. Malgré sa formation complète de pianiste et de compositeur (il étudie à l’École Normale de Musique et au CNSMDP, chez Max Deutsch – élève de Schönberg –, Gérard Condé, Michel Philippot et Ivo Malec), il se dit autodidacte. « La composition doit naître de sa propre volonté et ne requiert aucune condition préalable. » Ainsi, c’est parallèlement à ses études musicales qu’il fait ses premiers essais sur le terrain de la composition et participe dès l’âge de 19 ans aux principaux festivals et concerts de musique contemporaine. La création de son oeuvre pour piano Cryptophonos par Claude Helffer en 1974 le fait connaître au public.

Son intérêt, en termes d’écriture, pour les modèles mathé­matiques conduit Philippe Manoury à l’IRCAM après deux années d’enseignement dans des universités au Brésil. À partir de 1981, il participe activement au développement de MAX-MSP, un langage informatique pour la musique avec électronique interactive en temps réel, avec le mathématicien Miller Puckette. À partir de ces recherches, il compose entre 1987 et 1991 Sonus ex machina, un cy­cle de quatre pièces mettant en scène l’interaction entre instruments acoustiques et musique électronique en temps réel, un thème qui continue d’influencer son travail artistique et ses écrits théoriques.

En plus d’oeuvres pour grand orchestre comme Sound and Fury, le concerto pour violon Synapse (2009) et Echo-Daimónon pour piano, électronique et orchestre (2012), les créations des dernières années incluent quatuors à cordes (Stringendo et Tensio en 2010, Melen­colia en 2013, ainsi que Fragmenti en 2016) et oeuvres pour ins­truments et électronique (Partita I pour alto, 2007 ; Partita II pour violon, 2012 ; Le temps, mode d’emploi pour deux pianos, 2014).

Le projet de théâtre musical collaboratif Kein Licht, basé sur le texte eponyme d’Elfriede Jelinek, a été conçu avec le metteur en scène Nicolas Stemann et créé à la RuhrTriennale 2017, précédent les représentations à Strasbourg, Paris, Zagreb et au Luxembourg.

L’interaction caractérise son approche des grands orchestres : il en fait un laboratoire sonore où de nouvelles possibilités interactives sont expérimentées. Cela inclut de plus en plus la spatialisation des musiciens dans la salle de concert, par exemple dans son oeuvre In situ, récompensé en 2013 par le prix Orchestral de Donaueschingen. Inspiré par François-Xavier Roth, qui a dirigé la création, Philippe Ma­noury étend la composition dans une triologie, intitulée la Köln Trilo­gie, un triptyque spatial à grande échelle pour le Gürzenich Orchestra de Cologne. Après Ring (2016) et une reprise de In situ (2017), la trilo­gie sera complétée par la création de LabOratorium pour deux chan­teurs, deux acteurs, ensemble vocal, choeur, orchestre, électronique et mis en scène par Nicolas Stemann en mai 2019 à Cologne, avant les représentations à l’Elbphilharmonie de Hambourg et à la Philharmo­nie de Paris. En mars 2019, une partie de la trilogie, Ring, sera présen­tée au Royaume-Uni pour la première fois, lorsque François-Xavier Roth sera à la tête du London Symphony Orchestra. Philippe Manoury en tant que « compositeur pour Cologne », a vu le Gürzenich Orches­tra de Cologne jouer la création de son nouveau concerto pour flûte, Saccades, écrit pour Emmanuel Pahud en juillet 2018.

La saison 2018/19 comprend également une série de créations mondiales et nationales. Le Piano Duo GrauSchumacher commen­cera la saison en donnant la création japonaise de son oeuvre Le temps, mode d’emploi au Suntory Hall. Philippe Manoury est l’invité de l’Orchestre symphonique de Sao Paulo, qui donnera la création brésilienne de son concerto pour flûte Saccades, avec Emmanuel Pahud sous la direction de Thierry Fischer. Le concerto pour per­cussions États d’alerte aura sa première française en novembre à Strasbourg. Philippe Manoury a également développé une signature sonore spécialement pour le nouveau théâtre La Scala à Paris, un environnement acoustique qui marquera la vie quotidienne du lieu, qui sera diffusé en direct à partir de septembre. À la fin de la saison, le compositeur sera à Tokyo en tant que juré pour Le Prix de Compo­sition Toru Takemitsu, où il sera l’objet de concerts-portraits mettant en vedette des oeuvres d’ensemble et orchestrales, dont une reprise de Saccades par le flûtiste Mario Caroli avec le Tokyo Metropolitan Symphony Orchestra sous la direction de Peter Rundel.

Dans le cadre de différentes fonctions artistiques et pédago­giques, Philippe Manoury dirige le département « pédagogique » de l’Ensemble InterContemporain (1983-1987), enseigne la com­position au CNSMD de Lyon (1987-1997), puis dirige l’Académie de composition du Festival d’Aix-en-Provence (1998-2000) et est nommé compositeur en résidence à l’Orchestre de Paris (1995- 2001) ainsi qu’à la Scène nationale d’Orléans (2001-2003). En 2013, il retourne à sa France natale, où il est nommé professeur de com­position à l’Académie Supérieure de la Haute École des Arts du Rhin à Strasbourg. Il fonde en 2015 sa propre académie de compo­sition dans le cadre du festival Musica à Strasbourg. S’en suit une invitation par le Collège de France en tant que professeur invité à la Chaire Annuelle de Création Artistique de janvier à juin 2017.

Philippe Manoury s’est vu décerner de nombreux prix, dont le Prix de la Ville de Paris et de la SACEM, et a été récompensé aux Victoires de la Musique Classique 2012 en tant que Compositeur de l’Année. Son opéra K…, créé à Paris en 2001, a obtenu le Grand Prix de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques, le Grand Prix de la Critique Musicale et le Prix de Composition Musicale de la Fondation Prince Pierre de Monaco. En 2014, il a été nommé Offi­cier des Arts et des Lettres. Philippe Manoury est membre du comité d’honneur du fonds franco-allemand pour la musique contempo­raine / Impuls Neue Musik. Il a été nommé membre de l’Académie des Arts de Berlin à l’été 2015.

Quelques-unes de ses oeuvres récentes :

Lab.Oratorium (2019)
pour deux acteurs, soprano, mezzo-soprano, chœur de chambre, grand chœur, électronique en temps réel et orchestre
Voir la vidéo
Éditions Durand - Location

Saccades (2018)
pour flûte et orchestre
Consultez la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - Location

Kein Licht (2017)
opéra 
Consultez la partition
Éditions Durand - Location

Passages (2017)
pour clarinette et orchestre
Consultez la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - Location

Ring (2016)
pour grand orchestre spatialisé
Consultez la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - Location

États d'alerte (2016)
pour duo de percussions et orchestre
Consultez la partition
Éditions Durand - Location

Synapse (2013)
pour violon et orchestre
Consultez la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - Location

Zones de turbulences (2013)
pour deux pianos et orchestre
Consultez la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - Location

La Nuit de Gutenberg (2010)
pour chanteurs, chœurs et orchestre avec électronique
Consultez la partition
Voir la vidéo
Éditions Durand - Location

window.artists_page.bioTabs();