Actualités

Hèctor Parra – « Un concertino di angeli contro le pareti del mio cranio » et « Mineral Life III »

Hèctor Parra – « Un concertino di angeli contro le pareti del mio cranio » et « Mineral Life III »

Certains interprètes marquent leur temps par leur sonorité particulière. C'est le cas depuis plusieurs années désormais du JACK Quartet, qui, heureux non seulement de renouveler notre écoute de pièces du répertoire (comme Tetras de Iannis Xenakis), sont devenus des partenaires de premier choix de la création d'aujourd'hui. 

Une nouvelle preuve le 30 octobre prochain avec la création mondiale à Cologne dans la célébrissime série de la WDR, Musik der Zeit, du quatrième quatuor à cordes d'Hèctor ParraUn concertino di angeli contro le pareti del mio cranio. 

Dédié à la mémoire de Robert Gerhard (cinquantième anniversaire de son décès en 2020), cette œuvre « signifie », comme toujours dans le corpus du compositeur, résident à la Villa Medicis à Rome depuis l'été dernier : 

« Nous vivons dans une époque d'incertitude politique intense. Mais Pier Paolo Pasolini, déjà dans les années 60 avait dénoncé d’une façon clairvoyante la manière dont un certain fascisme survit et annihile toutes les traces de l'humanité dans la société moderne à travers la culture de la consommation. Montrer l'horreur d'une société qui, sous la puissante impulsion homogénéisante, cherche à effacer de la carte ceux qui se sentent piégés sous les roues de l'histoire. Ce fut le cas de nombreux artistes et intellectuels qui avaient activement collaboré avec la Deuxième République espagnole et avec le gouvernement catalan à la fin des années 1930. Robert Gerhard était sans doute le plus grand représentant de la création musicale catalane en exil, et, avec la composition de ce quatuor à cordes, j’aimerais lui rendre un hommage le plus humble et sincère.

Ce nouveau quatuor à cordes explore les oppositions entre homophonie et polyphonie, la platitude la rugosité, la modernité et l’archaïsme, qui sont inspirées des dualités si chères à Pasolini : passé/présent, mort/sexe, société ancestrale/vie moderne. Dans mon quatuor elles sont confrontées à l'émergence mystérieuse d'un chant traditionnel catalan aux couleurs ataviques -El cotiló-, si cher à Robert Gerhard depuis son exil de trente ans au Royaume-Uni, exil qui dura jusqu’à sa mort. Comme l’a écrit Pasolini dans Empirismo eretico, « un auteur ne peut être qu’un étranger sur une terre hostile : en fait, il habite la mort au lieu d’habiter la vie, et le sentiment qu’il provoque est un sentiment, plus ou moins fort, de haine raciale ».

 

Hèctor Parra - Un concertino di angeli contro le pareti del mio cranio « Quatuor à cordes n° 4 »
Création mondiale : 30 octobre 2021
WDR, Musik der Zeit - Cologne
JACK Quartet
Plus d'informations...


Le festival NOW! de la Philharmonie de Essen est devenu un carrefour marquant de la création.

Le 1er novembre prochain il offrira à son public l'occasion de découvrir le troisième volet du cycle Mineral Life de Hèctor Parra, qu'il a commandé au compositeur actuellement en résidence à la Villa Medicis à Rome pour la flûtiste Anne-Catherine Heinzmann.

Au voisinage de pièces de Georg-Friedrich Haas, Salvatore Sciarrino et Beat Furrer, thématisant le « proche » et le « lointain », ce nouvel opus de Hector Parra invite à une réflexion plurielle sur l'espace et le temps, comme en témoigne cette présentation exclusive de la plume de l'artiste :

« La flûte était intrinsèquement liée à la grotte dans la culture du Paléolithique supérieur. Supérieur. La flûte devient alors un instrument essentiel pour interpréter de manière imaginaire les fameuses 150 gravures de la grotte du Pergouset en France. Nous savons que les propriétés acoustiques des grottes ont pu être exploitées dans le cadre de rituels effectués dans les grottes. Le son était une composante importante de la manière dont les grottes étaient vécues. L'intérieur de la grotte fonctionnait comme une grande chambre d'écho, dans laquelle le son était amplifié : on peut imaginer l'impact émotionnel du son résonnant dans la grotte. Le son a dû être perçu par des parties du corps humain autres que l'oreille. Si certaines fréquences étaient perçues comme des sons, d'autres auraient été ressenties dans le corps comme des vibrations. De cette même façon, ma nouvelle pièce Mineral Life III explore les gravures du Pergouset à travers une partition pour flûte solo non seulement en interprétant les différents ensembles artistiques, mais aussi en simulant le toucher par nos soins de leurs parois, leurs fractures et leurs convexités. Cette pièce est une sorte de voyage de l'intérieur vers l'extérieur de la grotte, des origines de la vie jusqu'à la mort et sa fin.

En outre, les caractéristiques acoustiques des grottes semblent avoir été exploitées, et elles ont été utilisées pour produire des sons directement associés aux peintures qu'on y trouve. Peintures rupestres et propriétés acoustiques des grottes étaient intégralement liées. La majorité des peintures rupestres sont placées à moins d'un mètre des points de plus grande résonance. Par conséquent, dans Mineral Life III, le flûtiste se transformera presque littéralement en chacun des animaux et des monstres gravés dans la grotte. Elle vivra, à travers son interprétation musicale, une transe, une expérience transcendantale, développant un discours d'une grande complexité gestuelle et en même temps énergétique et expérimentale. » et en même temps d'un naturel énergique et expérientiel. Les sons de tous ces animaux seront soufflés dans la flûte, amplifiés, transformés et multipliés. Les animaux hybrides, monstrueux ou réalistes seront incarnés par le flûtiste, qui tissera un grand continuum en constante transformation. continuum en constante transformation. En ce sens, on trouvera de nombreux passages musicaux qui incitent à la danse, au mouvement du corps. En même temps, l'ensemble du système intervallaire et du monde harmonique de Mineral Life III est basé sur l'ensemble des hauteurs produites par l'une des flûtes paléolithiques les plus complètes conservées - celle de Grubgraben (Basse Autriche). Elle date du Paléolithique supérieur / Gravettien et a 19.000 ans.

Les flûtes du paléolithique supérieur suggèrent que les gravures sur les flûtes ont pu transmettre des informations telles que celles communiquées par les bâtons de messages. Ainsi, les artefacts fonctionnaient non seulement comme des producteurs de sons mais aussi comme des porteurs d'informations symboliques. Ainsi, pour les fragments « biologiques / évolutifs » de la Vie minérale III, j'ai sélectionné cinq courts fragments particulièrement concentrés, lucides et expressifs, tirés du livre de Charles Darwin intitulé De l'origine des espèces. Ces textes sont codés rythmiquement et prennent la forme d'articulations gestuelles qui mélangent le son de la flûte avec des phonèmes consonantiques et vocaliques. Il y a un élément rythmique dans la répétition des motifs gravés sur un certain nombre de tubes en os d'oiseaux. Ainsi, tout en soulignant le côté rythmique et répétitif, ces passages « codifiés » sont directement issus de Darwin. Directement issus du texte même de Darwin, seront, d'une certaine manière, associés à l'évolution moléculaire et cellulaire de la vie elle-même. Ainsi, l'ensemble de la pièce prendra la forme d'un rituel initiatique de connaissance de la vie et de prise de conscience de notre position dans le monde.

Dans la gravure provenant de la grotte des Trois Frères (Ariège, France), les animaux circulant autour d'un homme-bison sont représentés dans diverses activités : certains se battent, d'autres courent, d'autres encore paissent paisiblement, courent, d'autres encore broutent paisiblement. Leurs activités semblent symboliser la transformation entre les différentes phases de leur vie ou leur comportement changeant au fil des saisons qui passent. L'homme-bison gravé au centre du panneau semble contrôler comme par magie ces phases essentielles de la vie au moyen d'une arme contrôler magiquement ces phases essentielles de la vie grâce à son jeu de flûte. De même, notre flûtiste semblera contrôler comme par magie le récit de l'origine et de l'évolution de la vie sur Terre.

Pour finir par trouver peut-être, enfin, quelques indices sur notre position, en tant qu'êtres humains, au sein de la nature et de l'évolution de la vie. »


Hèctor Parra - Mineral Life III
pour flûte
Création mondiale : 1 november 2021 
NOW! Festival at the Saalbau Essen
Anne-Catherine Heinzmann, flûte
Plus d'informations...
Retour