Actualités

Festival Présences 2021

Festival Présences 2021

Portrait de Pascal Dusapin au Festival Présences de Radio France

Après la réussite éclatante de sa résidence auprès des deux orchestres de la Maison de la Radio dans la saison 2018-19, Pascal Dusapin est la figure centrale du Festival Présences de Radio France en février prochain.

Un moment privilégié concocté avec une allure folle par l'équipe de la création de la prestigieuse maison si l'on en juge par le feu d'artifice des œuvres présentées et des interprètes invités : une version de Outscape par le jeune prodige violoncelliste Victor Julien-Laferrière, la création française de Waves par Olivier Latry et le Philharmonique sous la direction d'Alain Altinoglu, une reprise très attendue du Disputatio dusapien, considéré outre-Rhin comme une œuvre fondamentale de la modernité, l'Ensemble Intercontemporain et ses solistes vertigineux dans les "classiques" Quad et Aria, et, last but not least, les fidèles entre les fidèles tels que Sonia Wieder-Atherton (dans les œuvres pour violoncelle solo), Vanessa Wagner (intégrales des Etudes pour piano), Georg Nigl (dans O Mensch! naturellement), Jean-Frédéric Neuburger (intégrale en première mondiale du cycle des Piano Works et reprise du chef d'œuvre Jetzt Genau), le Quatuor Diotima ou encore Bernard Foccroule, tous défendant les réussites immémoriales du compositeur écrites à leur attention. 

Le présent, qu'on ne saurait bien entendu sous-estimer dans un "Présences", se permettra même de convoquer le passé avec une soirée inaugurale mise en espace par Thomas Jolly dans laquelle l'émotion ne manquera pas d'étreindre le public, toujours nombreux, de Dusapin à l'écoute d'une création, en exclusivité mondiale, du compositeur par l'ensemble Accroche Note d'Armand Angster et Françoise Kubler, deux artistes au talent et à la longévité exceptionnels. 

Deux artistes, surtout, qui l'ont défendu dans sa prime jeunesse et à qui il doit sans doute les prémisses de cette Vita Sognata, cette "vie rêvée" de compositeur, qu'il leur dédiera ce soir du 2 février prochain à l'Auditorium de Radio France en exergue à cinq jours exceptionnels de musique et de culture au plus haut niveau, auxquels le musicologue Jacques Amblard nous introduit avec la maestria éblouissante qu'on lui connaît.

Autres moments forts de la création musicale pendant le festival, avec les création de Strange Times pour orchestre d'Éric Tanguy et Al-Icha, le nouveau concerto pour violoncelle de Benjamin Attahir

Cliquer ici pour voir le programme complet du festival. 

Les créations de Présences 2021 : 

Pascal Dusapin - La Vita sognata
pour soprano et ensemble instrumental
Création mondiale : 2 février 2021
Auditorium de la Maison de la Radio
Ensemble Accroche Note
Françoise Kubler, soprano
Franck Ollu, direction
Informations...

Quelques mots du compositeur à propos de l'œuvre : 

Il y a quelques années, au hasard de mes lectures, j’ai découvert cette poétesse italienne dont j’ai immédiatement aimé les textes. Je les ai lus et relus souvent, cherchant je ne sais quelle tristesse nouvelle au fond de cette vie si fragile et si brève qui a 25 ans, le 2 décembre 1938, s’allonge dans un pré et met fin à ses jours. Cette voix hantée par le doute, éprise d’absolu, je l’ai aimé au point de la mettre en musique au travers d’un instrumentarium un peu étrange.

J’ai choisi trois poèmes : Notturno (Nocturne), Le mani sulle piaghe (Les mains sur les plaies) , La vita sognata (La vie rêvée).

Pascal Dusapin

Consulter la partition en cliquant ici : 

Pascal Dusapin - Piano works (cycle complet)
pour piano
Création mondiale : 3 février 2021
Studio 104 - Maison de la Radio
Jean Frédéric Neuburger, piano
Informations...

Quelques mots du compositeur à propos de l'œuvre : 

Les Piano Works, à la suite de mes 7 Etudes (composées de 1998 à 2002) sont un nouveau cycle dont le projet m’accompagne depuis presque 15 ans. En effet, après les études, j’ai composé beaucoup pour le piano solo puis un jour, j’ai tout écarté car rien n’allait. Il fallait donc trouver un autre point de vue, en quelque sorte, changer de focale. Ce cycle comporte à présent cinq pièces qui toutes portent un nom extrait d’un livre très conceptuel de l’artiste allemand Stefan Brüggemann, qui m’avait été offert par ma fille Alice, intitulé « Showtitles » proposant 2182 titres libres de droits, disponibles pour nommer à peu près ce qu’on veut… En le feuilletant, j’ai constaté qu’il proposait à mon imagination toutes sortes de configurations possibles. Tout commença avec le n° 1091, Piano Works qui m’offrait soudainement le projet entier, l e n° 60, Did it again commandé par le concours ARD de Munich 2017 s’appliquait fort bien à ma question : comment réécrire à nouveau pour le piano seul ? Cette première pièce porte en elles toutes les variations possibles d’un même matériau, très simple. La seconde s’appelle opportunément Next Piece (n° 59) et déplie une séquence présentée antérieurement dans Dit it again. Ces deux premières pièces du cycle ont été conçues ensemble. Elles sont certes très différentes mais de multiples réseaux harmoniques souterrains les rassemblent. La troisième a été écrite et commandée par Le Louvre à la demande du peintre Pierre Soulages pour son exposition de janvier 2020. Black letters (n° 4) semblait un titre idéal.  Black letters est en effet une pièce dont les blocs harmoniques de son début s’apparentent à de larges traits d’outrenoir, la très célèbre couleur de Pierre Soulages.  La quatrième et la cinquième, commandes de Radio France pour le festival Présences se nomme respectivement Repetition cancels memory (n°833). Ce titre fait directement référence à sa méthode de composition qui réitère l’ensemble des propositions des trois premières pièces (mais tout est caché…) et When not to stop (n° 739)  dont on percevra à l’écoute que le flux musical est effectivement sans ambigüités.

 Ces dernières années, j’ai été accaparé par la composition de grandes pièces d’orchestre et d’opéras, comme c’est encore le cas aujourd’hui. Mais j’ai toujours écrit de la musique de chambre « dans les bords », ce que j’aime nommer mes satellites ou mes musiques de voyage. Puis au fil du temps, alors que je me suis très longtemps méfié de cet instrument qui m’avait tant contrarié dans mon adolescence, le piano est devenu de plus en plus important.

Ces nouvelles pièces sont donc des reflets, des explorations, des catalyseurs et quelquefois même des débords d’autres pièces plus grandes. Je n’ai pas de piano dans mon atelier, mais finalement, j’ai appris en écrivant pour lui que je l’aimais. Et même si je reste toujours traversé à son sujet par des affects contrariés, je n’en ai pas fini avec lui…

Pascal Dusapin

Voir la vidéo que nous avons réalisé à l'occasion de la création du Piano works N° 3 « Black Letters » :

 

Pascal Dusapin - Waves
Duo pour orgue et orchestre
Création française : 5 février 2021
Philharmonie de Paris
Orchestre Philharmonique de Radio France
Olivier Latry, orgue
Alain Altinoglu, direction
Informations...

Consulter la partition en cliquant ici : 

 

Voir la vidéo que nous avons réalisé à l'occasion de la création mondiale de Waves à la Elbphilharmonie en janvier 2020 : 

 

Éric Tanguy - Strange Times 
pour orchestre
Création mondiale : 4 février 2021
Auditorium de la Maison de la Radio
Orchestre National de France
Kristiina Poska, direction
Informations...

Quelques mots du compositeur à propos de l'œuvre : 

D'un seul tenant, la partition s'articule, dans une couleur modale consonante, en plusieurs sections aux caractères mélodiques et rythmiques spécifiques. Un sentiment tourmenté traduit la réalité du contexte dans lequel elle a été en partie composée. Je n'ai pas pour habitude de donner, par le titre, des indications autres que poétiques, car j'aime l'aura singulière du mystère des mots, mais la situation d'enfermement que nous avons tous vécu de mars à mai aura très certainement et particulièrement influencé le contenu émotionnel de cette pièce. Achevée quelques jours avant le premier déconfinement, en des temps si étranges, j'ai pu mesurer à quel point l'écriture m'avait permis de vivre dans l'espoir de jours meilleurs et retour du partage de la musique en concert.

Débutée dans une joie sonore intense, l'œuvre s'achève presque soudainement, après avoir exploré ses multiples variantes musicales, par une coda elliptique très douce et apaisée.

Éric Tanguy

Consulter la partition en cliquant ici : 

Benjamin Attahir - Al Icha
Concerto pour violoncelle
Création mondiale : 6 février 2021
Auditorium de la Maison de la Radio
Orchestre Philharmonique de Radio France
Jean-Guihen Queras, violoncelle
Pascal Rophé, direction
Informations...

Quelques mots du compositeur à propos de l'œuvre : 

Cinquième et dernière pièce d'un cycle organisé autour des cinq temps de prière de la journée musulmane, Al Icha est une plongée dans la nuit profonde et chaude. C'est l'ultime appel qui clôt le cheminement des Heures, passage lent d'une sensation, d'une couleur à une autre.

Si l'on écoute plus en dedans, on croirait entendre une mélodie yiddish à demi oubliée, une clausule grégorienne rêvée, l'écho réverbéré des muezzins aux quatre coins d'une ville presque endormie...

Mouvement de l'un vers le multiple, puis multiple devenu un, les Trois se confondent.

Par quatre fois, ils lèveront les mains jusqu'à derrière les oreilles. Par quatre fois, ils prononceront l'invocation. Par quatre fois, ils réciteront. Par quatre fois, ils se prosterneront.

Et ce sera toujours la même fois. Et ce sera toujours une nouvelle fois.

Benjamin Attahir

Consulter la partition en cliquant ici : 

Retour