Actualités

Pascal Dusapin, Macbeth Underworld

Pascal Dusapin, Macbeth Underworld

Photo : © La Monnaie / De Munt

Macbeth Underworld, opéra de Pascal Dusapin en création française les 25, 27, 29, 31 mars 2020 à l'Opéra Comique (Paris), puis les 12 et 14 mai 2020 à l'Opéra de Rouen.


« Ces deux là, c'est le trouble, l'aberration, la violence, le désordre total. Ils ne savent plus ce qu’ils ont fait mais ils doivent le faire. Tout se passe comme s’ils devaient le refaire ou le rejouer. C’est plus fort qu’eux. Ensemble. Ils confondent tout, l’apparence,
la réalité, l’avant, l’après. Ils entendent des voix. Ils ne savent plus ce qui se passe, quelque chose d’ailleurs passe au travers d’eux, leur vision est trouble. Elle, c’est elle qui veut ça, tuer le roi ce bon roi, elle transgresse tout ce qui passe, elle ne comprend rien d’elle, c’est la confusion, elle inverse tout et l’autre tue le roi parce qu’il croit vouloir ça aussi. A la fin, il le sait, c’est trop tard et c’est fini. La permanence de l’histoire de ces deux-là ne cesse pas d’accabler notre temps. C’en est même effarant comme c’est moderne. C’est une question, au même instant une métaphore et vice-versa. L’opéra c’est dire en chantant ce qui nous préoccupe ensemble. » 

Pascal Dusapin

Quatre ans à peine après Penthesilea, sa précédente création, Pascal Dusapin livre un nouvel opéra, en réponse à une commande de la Monnaie. Avec son librettiste Frédéric Boyer, il plonge dans les régions les plus sombres de l’âme humaine à l’aide de deux personnages parmi les plus emblématiques du mal chez l’Homme : le couple Macbeth. Thomas Jolly, le jeune prodige français du répertoire shakespearien, signe la mise en scène tandis qu’Alain Altinoglu déploie l’intensité dramatique ainsi que la richesse vocale et orchestrale de la partition. Un opéra gothique où les personnages sont confrontés à leur réalité spectrale qui revient hanter leur mémoire et la notre.

Source : La Monnaie / De Munt

 Informations


 

 

 
Retour