Lire & Ecouter

Durand Salabert Eschig au Festival Présences 2019

Durand Salabert Eschig au Festival Présences 2019

Photo : Philippe Gontier, Léa Girardin, Olivier Roller 

Pascal Dusapin, Sivan Eldar et Marc Monnet, trois compositeurs du catalogue Durand Salabert Eschig joués à la 29e édition du festival Présences de Radio France, dédié cette année à Wolfgang Rihm.

Lire le programme du festival

 

Pascal Dusapin, Uncut

Uncut, solo pour orchestre n° 7 de Pascal Dusapin, compositeur en résidence à Radio France, sera joué par l'Orchestre National de France dans le cadre du Festival Présences 2019.

« Le Solo n°7 (dernier solo du cycle de solos pour orchestre) porte un titre en anglais difficilement traduisible mais qui sert à toutes sortes d’expressions pour indiquer que rien n’est limité. J’aime ce mot pour sa force de suggestion conceptuelle car il désigne un mouvement plus qu’une résolution.

A ce point, la composition comportait néanmoins un problème (en général, je préfère les questions…). Comment rompre le flux sans donner l’illusion de finir ? Il ne s’agissait pas de finir car rien n’est jamais terminé ni même ne se termine. Et pourtant, Uncut va éjecter l’intégralité des sources sur lesquelles s’était fondé le cycle entier. Comme dans la technique de variation, tous les motifs musicaux sont rassemblés sous d’autres agencements, puis compactés et rendus méconnaissables. Les six cors de l’orchestre amorcent alla fanfara cette partition dont le dessein semble celui de briser un mur. Les modes mélodiques des six solos précédents traversent et zèbrent l’espace entier d’Uncut. Les percussions uniquement métalliques – cloches, glockenspiel, crotales, tams, gongs – soulignent et pointent chaque croisée de la trame harmonique en traits âpres et cinglants. Tout est vertical, aucun déploiement mélodique ne parvient à franchir la construction édifiée. A l’inverse de Reverso qui est composé dans la géographie de l’orchestre, un peu comme une photographie qui donnerait à voir tous les détails du premier plan au plus éloigné, Uncut est une musique où il n’existe quasiment aucune profondeur de champ sonore.

Tout y est projeté de face, sans lointain. Et alors que les six premiers solos se dissolvent dans la douceur comme si la musique désirait s’enfouir afin de resurgir dans le solo suivant, Uncut est une pièce courte et intense, traitée d’un seul bloc et qui conclue férocement. Avec elle, la forme du Cycle des 7 formes se clôt et se découvre : la fin est nette, mais tout peut continuer… »

1 mars 2009, Pascal Dusapin

Jeudi 14 février 2019

Maison de la Radio, Auditorium de Radio France

Orchestre National de France
Nicholas Collon, direction

Sivan Eldar, Solicitations

Le Quatuor Diotima, dont l'histoire ces dernières années est associée comme nulle autre formation à l'éclosion d'un nouveau répertoire pour quatuor à cordes, présentera en première française le 16 février prochain au festival Présences 2019 le quatuor Solicitations de la compositrice Sivan Eldar.

 
Une occasion pour le public luxembourgeois et des régions limitrophes de découvrir une des compositrices les plus profilées de la saison française de cette année (créations au festival Manifeste en juin et à l'Abbaye de Royaumont en septembre). 
 
"Solicitations : chants, cris, chuchotements sont une série d’invitations musicales qui cherchent à explorer les frontières comme des offrandes. À travers des solos, duos, trios et quatuors, les musiciens échangent des mots sous forme de gestes" confie la compositrice, qui a tiré son inspiration de la poésie de l'auteure britannique Fiona Sampson et a collaboré pour cette oeuvre avec la scénographe Aurélie Lemaignen.

 

Samedi 16 février 2019

Création française

 

Maison de la Radio, Auditorium de Radio France

 

Quatuor Diotima

 

 

Marc Monnet, Quatuor n°9

Le 16 février prochain, le Quatuor Diotima créera dans le double cadre de sa résidence à Radio France et de la nouvelle édition du festival Présences le 9ème Quatuor de Marc Monnet.  

Adepte des contre-pieds, à commencer par ceux qu'il administre à son propre style, Marc Monnet stipule qu'il a cherché dans cette œuvre "à trouver quelque chose de l’ordre de la non-expressivité, même si cela est illusoire, car la non-expressivité est une autre forme de celle-ci". Il n'empêche que l'artiste jubilatoire qu'il est avant tout connait bien les règles du jeu : "s'il veut stimuler l’écoute, le compositeur doit surprendre sans cesse, activer le cerveau de l’auditeur, se questionner toujours sur l’écriture de la musique, savoir pourquoi et à quel moment l’auditeur peut éprouver du plaisir.

On peut être assuré que, en phase en cela avec la problématique du festival Présences depuis sa création par Claude Samuel, cette création mondiale offrira au public de l'Auditorium de la Maison de la Radio l'opportunité de questionner sa "connaissance de ce qu’il a pour habitude d’entendre". Et l'artiste de promettre : "quand je vois le temps qu’il faut, la connaissance nécessaire pour décider de ce qui sera, ou de ce qui ne sera pas dans l’écriture d’une partition, j’imagine volontiers que le mélomane ne pourra pas faire aisément ce chemin rapidement, et réagira probablement par rapport à un connu collectif formaté. Aussi, dans ce 9ème quatuor j’ai un peu déchiré ce convenu."

Samedi 16 février 2019

Création mondiale

 

Maison de la Radio, Auditorium de Radio France

 

Quatuor Diotima


Retour